En cours

Une loi contre la déforestation causée par nos importations

La déforestation, même si elle a lieu à l’autre bout du monde, est directement reliée à notre consommation. Saviez-vous que pour 80% elle est liée à l’agriculture et à l’élevage ? En première ligne la viande, l’huile de palme, le cacao, le café, le bois et le caoutchouc que nous retrouvons dans tous nos produits du quotidien.

Une loi contre la déforestation causée par nos exportations

La déforestation, même si elle a lieu à l’autre bout du monde, est directement reliée à notre consommation. Saviez-vous que pour 80% elle est liée à l’agriculture et à l’élevage ? En première ligne la viande, l’huile de palme, le cacao, le café, le bois et le caoutchouc que nous retrouvons dans tous nos produits du quotidien.

Notre objectif

IMPORTER DES PRODUITS ISSUS DE LA DÉFORESTATION DOIT DEVENIR INTERDIT. SI NOUS OBTENONS UNE LOI AU NIVEAU EUROPÉEN AMBITIEUSE ET QU’ELLE EST CORRECTEMENT APPLIQUÉE, C’EST PRÈS DE 3 MILLIONS D’HECTARES QUI POURRONT ÊTRE SAUVÉS EN 10 ANS.

Une déforestation lointaine, et pourtant si proche

N°1

En proportion de son nombre d'habitants, l’Europe est le premier contributeur à la déforestation.

Entre 2005 et 2017, la consommation européenne de produits agricoles a entraîné une déforestation de 3,5 millions d’hectares (Pendrill). En proportion de son nombre d’habitants, l’Europe arrive loin devant la Chine et les Etats-Unis, avec 68m2 par personne. Viande, œufs, biocarburants, cuir, chocolat, café… Derrière tous ces produits se cache de la déforestation. Selon l’étude d’impact de la Commission européenne, les importations de soja représentent 60% de l’impact de l’Union européenne. Utilisé pour l’alimentation de nos animaux d’élevage, sa production a explosé avec l’augmentation de la consommation de viande. Au Brésil, elle a été multipliée par 4 en 20 ans, au détriment de précieux écosystèmes. (Source: Pendrill, F. et al. 2020 https://zenodo.org/record/4250532#.ZBHP4vaZM2w)

Le Cerrado, la savane qui pourrait bientôt disparaître

50%

C’est la surface de cette immense savane située sous l’Amazonie qui a déjà disparu.

Peu connue, la région du Cerrado au Brésil est pourtant une des plus touchée par la déforestation. Abritant 5% de la biodiversité mondiale, clé pour le stockage du carbone, et les ressources en eau, c’est un écosystème essentiel à préserver. Il est pourtant massivement converti pour la culture de soja et a perdu la moitié de sa végétation naturelle.

Avoir une loi ne suffit pas​

Seulement ¼

C’est la surface du Cerrado qui sera protégée par la nouvelle loi européenne contre la déforestation (Mapbiomass)

En décembre 2022 a été adoptée une loi européenne contre la déforestation et la dégradation des forêts. Cela pourrait sembler une bonne nouvelle, mais son champ est très limité. La définition retenue des forêts est très restrictive, et exclut les écosystèmes possédant des arbres un peu moins nombreux. La savane du Cerrado, la zone humide du Pantanal, la Pampa et le Caatinga ne sont donc pas protégés. Non seulement elle passe à côté de l’essentiel de notre impact, à travers nos importations de soja, mais elle fait peser un risque supplémentaire sur ces régions. En effet, au lieu de mettre fin à la déforestation, elle risque simplement de la déplacer des forêts vers des savanes, prairies ou tourbières.

NOS SOLUTIONS

Réduire notre consommation

Il ne sera pas possible de mettre fin à la déforestation si nous continuons à surconsommer les matières premières qui en sont la cause. La consommation moyenne européenne de terres agricoles En moyenne, L’Union européenne repose à 40% sur des terres agricoles d’autres pays pour répondre à sa demande. Ces terres sont en grande majorité utilisées pour la production de produits animaux (viande, produits laitiers, œufs, …). Imposer des critères environnementaux à certaines de nos importations sans en réduire le volume ne fera que déplacer le problème vers d’autres marchés.

Stopper les financements de la déforestation

Sans financements, la déforestation ne pourrait pas exister. C’est pourquoi nous nous attaquons à la racine du problème et incitons les banques françaises à arrêter de soutenir les entreprises responsables de déforestation. Nous demandons aussi l’inclusion d’exigences envers les institutions financières dans la loi européenne contre la déforestation.

Assurer les droits fonciers des communautés locales

Les territoires des communautés autochtones hébergent une bonne partie des forêts les mieux préservées. Mais ces régions sont menacées et l’expansion agricole est souvent intrinsèquement liée à des violations de droits humains et un accaparement des terres. La reconnaissance des droits fonciers est nécessaire pour prévenir la déforestation. De plus, des droits fonciers clairs sur des forêts peuvent constituer une motivation pour leur préservation.

Nos demandes

#1

Une loi européenne qui protège le Cerrado

Il y a urgence à agir. Sans protection de la savane du Cerrado au Brésil, cette région si précieuse risque de finir par disparaître. La loi européenne contre la déforestation doit élargir son champ à d’autres écosystèmes menacés. La Commission européenne peut présenter une proposition de modification, et devra le faire au plus tard un an après l’entrée en vigueur de la loi.

#2

Des moyens pour sa mise en oeuvre

Une fois la loi adoptée, les gouvernements devront, pour garantir son efficacité, accorder des moyens importants aux contrôles. Un précédent règlement mis en place sur le bois a été un échec pour cette raison. Nous devons tirer les leçons du passé et allouer les moyens suffisants au bon fonctionnement de cette régulation.

#3

Intégrer des exigences envers les banques

La loi n’inclut actuellement aucune demande auprès des institutions financières qui ont pour clients des entreprises responsables de déforestation. En coalition avec d’autres ONGs, nous interpellons ces banques pour qu’elles coupent leurs liens avec la destruction des forêts. Plusieurs ont déjà pris des engagements, mais pas à la hauteur de l’urgence: échéance de temps trop longue, pas d’exclusion claire, etc. A terme, cela doit être intégré dans la loi.

Les temps forts de cette campagne