Communiqué de presse

Communiqué publié le 27 février 2024, suite à la publication de l'enquête sur le projet controversé de Weda Bay en Indonésie.

Mine de Weda Bay : Canopée alerte sur le risque de financements par l’Etat d’un projet responsable de déforestation en Indonésie 

Communiqué publié le 27 février 2024, suite à la publication de l'enquête sur le projet controversé de Weda Bay en Indonésie.

Publié le Rédigé par Canopée

Angers, le 27 février 2024. Canopée publie aujourd’hui une enquête sur le projet controversé de Weda Bay, qui pourrait bénéficier du nouveau fonds d’investissement sur les minerais et métaux critiques mis en place par le gouvernement. Le projet de Weda Bay est la plus grande mine de nickel au monde. Elle est ouverte au milieu d’une forêt tropicale en Indonésie. 


L’essentiel

  • Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance du fonds d’investissement pour les minerais et métaux critiques annoncé le 11 mai 2023 par le gouvernement sont en cours de finalisation. Actuellement rien n’est prévu pour éviter le financement de projets responsables de déforestation. 
  • Celui-ci pourrait contribuer au financement de la plus grande mine de nickel au monde, le complexe de Weda Bay en Indonésie. 
  • Ce projet prévoit la déforestation de plus de 6 000 hectares de forêts primaires, territoire d’un peuple autochtone non contacté. 

Le 11 mai 2023, le gouvernement a annoncé la création d’un fonds d’investissement dédié aux minerais et métaux stratégiques. Celui-ci garantit appliquer “les meilleurs standards sociaux et environnementaux dans les projets qu’il soutiendra ”

Mais lorsque Canopée a interrogé le 23 janvier dernier, le chef du bureau des mines pour le ministère de la Transition Écologique et le délégué interministériel aux approvisionnement en minerais et métaux critiques sur la question des critères définis, ceux-ci répondent que la question de la déforestation ne fait pas partie des risques identifiés. 

Klervi Le Guenic, chargée de campagne à Canopée commente : “Le gouvernement a défendu une position ambitieuse contre l’exploitation minière des fonds marins, mais pour l’exploitation en forêts, c’est un non sujet. Une position en totale contradiction avec l’image de grand défenseur des forêts qu’essaie de se donner le Président Macron”. 

Weda Bay : déforestation et accaparement de terres autochtones avec de l’argent public 

L’entreprise minière française Eramet, dont l’Etat est un des principaux actionnaires (27% des parts sont détenues par l’Agence de Participation de l’Etat) exploite la concession de Weda Bay, la plus grande mine de nickel au monde, dont les ressources sont estimées à plus 12 millions de tonnes de minerais. Celle-ci est située sur l’île d’Halmahera en Indonésie, sur 45 000 hectares, en pleine zone de forêt primaire. Elle est extrêmement riche en biodiversité – les forêts d’Halmahera abritent le plus fort taux d’espèces endémiques en monde. 

La concession de Weda Bay est aussi le territoire d’un peuple autochtone, les Hongana Manyawa, en partie non contacté. Ceux-ci tirent tout ce dont ils ont besoin de la forêt, et ne pourront survivre si elle est amenée à disparaître. 

Pourtant, l’entreprise a déjà défriché plus de 2 000 hectares, et cherche encore à se développer. Elle prévoit au total la déforestation de 6 000 hectares sur 25 ans et la construction d’une nouvelle usine, destinée à la transformation du nickel. 

Canopée a interrogé spécifiquement les agents des ministères concernés sur le cas de Weda Bay. Ceux-ci nous ont confirmé que l’extension du complexe minier fait bien partie des projets qui peuvent bénéficier du nouveau fonds d’investissement dédié aux minerais et métaux critiques. 

Vidéo