Communiqué de presse

Alerte sur une levée de fonds, risquée pour les investisseurs et n'apportant aucune garantie sur l'absence de coupes rases abusives de forêts.

Crédit carbone forestier : une levée de fonds pour financer des coupes rases ?

Alerte sur une levée de fonds, risquée pour les investisseurs et n'apportant aucune garantie sur l'absence de coupes rases abusives de forêts.

Publié le Rédigé par Canopée

Angers, le 27 septembre 2023 – Aujourd’hui s’ouvre la plus grande levée de fonds participative jamais organisée pour financer des crédits carbone forestiers en France. Faute de transparence et de garanties suffisantes, les projets mis en avant pourraient conduire à des coupes rases abusives et entacher la crédibilité d’un marché émergent.

Avec un objectif de lever 1,5 millions d’euros, la société de financement participatif, Enerfip, associée à la start-up Hummingbirds [1], souhaite financer deux projets de plantations d’arbres, Folia et Falbala [2], portés respectivement par le syndicat Fransylva et l’entreprise Alliance Forêts Bois.

Pourquoi les projets forestiers Folia & Falbala sont controversés ?

Ces deux projets visent à générer des crédits carbone Labelisés Bas Carbone en utilisant notamment la méthode de reboisement. Comme le démontre notre rapport [3], cette méthode comporte une faille majeure qui permet de considérer qu’une forêt peut-être entièrement rasée puis replantée si seulement 20% des arbres sont dépérissant. Le carbone relâché par la coupe de 80% des arbres vivants n’est ainsi pas comptabilisé.

Le risque est d’autant plus fort que l’entreprise Alliance Forêts Bois a orienté son développement [4] vers un modèle économique privilégiant les coupes rases suivies de plantations, le plus souvent de résineux.

Alerté par Canopée, Enerfip a dans un premier temps reporté la levée de fonds et a finalement décidé de l’ouvrir aujourd’hui [5].

Alors que ces projets sont potentiellement controversés, les informations publiées par Enerfip sont parcellaires et ne permettent pas d’écarter les risques d’atteinte à la biodiversité soulevés [6]. En effet, Enerfip qui s’était engagée à nous communiquer les dossiers techniques détaillés des projets nous a finalement expliqué qu’Alliance Forêts Bois et Hummingbirds s’y opposaient. Malgré ce refus de transparence, Enerfip a choisi de maintenir sa levée de fonds.

Le risque : une financiarisation abusive des crédits carbone

Ces projets interpellent car ils peuvent conduire à une financiarisation abusive des crédits carbone. En effet, le rendement annoncé de 8,25%/an sur 3 ans est sans commune mesure avec les rendements économiques actuels des investissements forestiers (1-3%/an).

Pour générer un tel rendement, les porteurs de projets et leurs intermédiaires misent, de façon spéculative, sur un écart très fort entre le coût de revient pour générer ces crédits carbone et leur prix de vente à des entreprises souhaitant compenser leurs émissions. Aucune de ces deux informations cruciales n’est publique explicitement alors que ce rendement exceptionnel soulève deux questions.

La première est celle du partage de la valeur qui pourrait être essentiellement captée par les intermédiaires et les investisseurs au détriment des investissements directs en forêt.

La deuxième est celle du risque de perte du capital investi puisque si aucune entreprise n’achète les crédits carbone au prix attendu, il n’est pas possible de générer un tel rendement. Un risque d’autant plus fort que le refus d’Alliance Forêts Bois d’améliorer sa politique l’expose à un risque réputationnel croissant.

Le marché des crédits carbone, insuffisamment encadré en France

Alors que le marché des crédits carbone forestier est de plus en plus controversé à l’international, cette levée de fonds indique que l’encadrement de ce marché émergent en France est insuffisant.

Pour éviter de telles dérives, Canopée appelle les pouvoirs publics à renforcer les exigences du Label Bas Carbone et à mieux encadrer le rôle des intermédiaires. Canopée appelle également les potentiels investisseurs auprès d’Enerfip à privilégier des projets plus durables, plus transparents et avec des taux de rendement plus équitables.


Sources

[1] La société Hummingbirds est spécialisée dans les « solutions basées sur la nature ». Il s’agit d’un concept controversé qui permet aux multinationales d’afficher leur engagement dans la protection de l’environnement sans renoncer à des projets controversés (sur le profil de ses dirigeants voir : https://hummingbirds.eu)

[2] Voir le descriptif de ces deux projets : https://fr.enerfip.eu/placer-son-argent/investissement-innovation/folia-falbala/

[3] Voir notre rapport « Bas carbone, hauts risques » : https://www.canopee-asso.org/rapport-bas-carbone-hauts-risques

[4] Voir notre rapport « Enquête sur le système Alliance Forêts Bois » et la vidéo l’accompagnant :
https://www.canopee-asso.org/alliance/
https://www.youtube.com/watch?v=OxI0g31Sq8k

[5] Détail de la chronologie des échanges en bas de page.

[6] Sur 200 hectares de projets, seuls 3 « profils » de projets sont présentés représentant un total de 35 hectares. Les informations sur ces projets sont lacunaires et ne permettent pas d’en faire une évaluation technique sérieuse. Il est ainsi indiqué que des reboisements de « peuplements dépérissants » sont envisagés ce qui correspond précisément au risque que nous dénonçons de pratiquer des coupes rases dans des forêts améliorables par des techniques moins brutales.

Chronologie des échanges avec Enerfip et Hummingbirds

Le jeudi 14 septembre 2023. Nous sommes alertés par plusieurs de nos adhérents du projet de levée de fonds d’Enerfip. L’ouverture de la levée de fonds est prévue pour le mardi 19 septembre.

Le vendredi 15 septembre 2023. Nous contactons Enerfip par email pour l’alerter et nous avons un premier échange téléphonique. Enerfip nous explique qu’Alliance Forêts Bois refuse une discussion contradictoire avec nous. Enerfip s’engage à demander à Alliance Forêts Bois et Hummingbirds un dossier technique détaillé des projets et nous propose de nous le faire suivre pour avis au plus tard lundi matin avant de prendre sa décision.

Le lundi 18 septembre 2023. Aucun dossier technique reçu. Nous relançons Enerfip qui nous explique n’avoir rien reçu également de la part d’Hummingbirds. Dans l’après-midi, nous recevons un email d’Hummingbirds prenant acte de notre alerte et nous expliquant qu’ils ont mis des « conditions contractuelles pour éviter tout écueil sylvicole de ce genre, de sorte que ces critiques ne s’appliquent pas à nos projets ». Aucun dossier technique ne vient étayer cette demande. Nous réitérons notre demande de façon encore plus explicite et détaillée.

Le mardi 19 septembre 2023. Enerfip décide de reporter la levée de fonds et en informe les investisseurs par email. Enerfip évoque « la mise à disposition d’éléments supplémentaires ». Nous relançons, par téléphone, Enerfip qui nous promet de nous envoyer avant la fin de semaine, ces nouveaux éléments. Nous ne recevons rien et considérons que le projet est abandonné.

Le samedi 23 septembre 2023. Nous sommes informés par un de nos adhérents qu’Enerfip vient de communiquer sur son site Internet sur un lancement de la levée de fonds mercredi 27 septembre 2023 à 12h30. Nous contactons le responsable d’Enerfip par SMS qui nous propose un rendez-vous téléphonique lundi 25 septembre 2023 à 9h. 

Le lundi 25 septembre 2023. Lors de notre appel téléphonique, le responsable d’Enerfip nous explique que les dossiers techniques ne nous ont pas été envoyés car Hummingbirds et Alliance Forêts Bois ont refusé.